Quand j'ai eu mal

Bec-de-lièvre

Je me permet de dire bec-de-lièvre, et de le répéter autant que je veux… Je me permet de ne pas trouver que bec-de-lièvre est pire que fente labiale, je me permet aussi de ne pas me sentir plus agresser par quelqu’un qui me dis :  » tu es née avec un bec de lièvre » qu’une personne qui me dis :  » Tu es née avec une Fente labio-maxillo-palatine unilatérale complète à gauche? »  Tout est dans le ton de toute façon… Et dans le regard aussi… En quoi sortir des mots techniques de chirurgien seraient du respect?

Au cours de  ma vie, mes rencontres, mon avis a changé sur mon vécu. Mais il y a des pensées qui ne se sont jamais atténuées. Quand je ressasse ma naissance avec ce problème, cette différence, ce truc qui à fait du mal atour de moi et aussi a l’intérieur…

Quand je suis là, seule dans ma tête à avoir envie de pleurer, a vouloir geindre et me plaindre, une chose me remonte souvent le moral, la même chose depuis des années. Au lieu de me demander pourquoi moi, je me dis heureusement c’est sur moi. Pendant longtemps je me sentais soulagée que ce soit moi, et non pas mon petit frère, je n’aurais pas supporter de voir de la souffrance sans rien pouvoir faire, je n’aurais peut-être pas été aussi sensible si je n’avais pas eu ça. Je n’aurais peut-être pas eu cette empathie si forte ni même cette dureté si je n’avais pas eu ça à la naissance, non plus. Et aujourd’hui je suis heureuse d’avoir eu ça, sur mon visage a moi, et pas celui des mes enfants. Mes enfants je peux les regarder à volonté… Moi c’est une autre histoire!

Je ne sais pas comment leur en parler, c’est vrai  que je n’ai pas envie de leur donner une raison pour qu’il y ait un éclair de pitié sur leurs visages.

Je ne sais pas si le jour où ils comprendrons vraiment ils vont pas avoir un peu mal au cœur quand même. Ma fille pour l’instant me dis que je suis belle. J’ai pas envie que ça se transforme en un  » tu es belle quand même » .

Comme après mes opérations… les  » tu vois, tu es quand même pas mal! » ou les  » maintenant oui, elle a une chance de trouver quelqu’un… »

Mais le problème, c’est qu’un jour, il faudra que j’y retourne. Que je subisse encore quelques désagrément qui ne seront rien fasse aux regards de mes enfants, aux changements que ça leur fera, à la place que cette histoire prendra dans leurs vies, quelques jours…Je sais que c’est dur de voir souffrir, je ne veut pas leur infliger ça. Alors souvent je réfléchis à la meilleur façon de m’y prendre. Et puis je pense a autre chose, car je n’y arrive pas. je voudrais juste effacer ça, qu’ils ne sachent jamais ce que c’est.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s